Qui est Satoshi Nakamoto ?

Le jour où on a enfin découvert que Satoshi Nakamoto était un japonais âgé de 64 ans résidant en Californie, Nakamoto lui-même a démenti être le fondateur de Bitcoin. Il a d’ailleurs engagé un avocat et a publié une déclaration où il dément toute implication dans cette affaire.

RHwZi4l-e1394221636773-526x336

Si nous ne savons pas exactement qui est Satoshi Nakamoto, nous savons du moins ce qu’il a fait. Il est l’inventeur du protocole Bitcoin et celui qui a publié le document posant les bases de la monnaie numérique en novembre 2008. Ensuite, il a sorti la première version de son logiciel Client en 2009 et a participé avec d’autres sur des projets de listes de mailing pour finalement quitter la communauté à la fin de l’année 2010. Il a travaillé avec l’équipe de logiciel open source, mais s’est gardé de relever toute information personnelle sur lui et la dernière fois qu’on a eu de ses nouvelles c’était en 2011, lorsqu’il a déclaré être « passé à autre chose ».

Mais il est Japonais, non?

Il ne faut pas juger le livre par sa couverture. Ou peut-être que nous devrions. « Satoshi » signifie « pensée claire, esprit vif, sage ». « Naka » signifie « intermédiaire, intérieur ou relation ». « Moto » peut signifier « origine » ou « fondation ». Tout cela s’applique bien à la personne qui a jeté les bases du mouvement par la conception d’un algorithme ingénieux. Bien évidemment, tous ces mots ont plusieurs significations possibles.

S’il est japonais ou non ? Nous ne pouvons pas en avoir la certitude. En fait, c’est même présomptueux de penser que c’est un homme. Nous disons « il » pour la figure du style, mais compte tenu du fait qu’il pourrait bien s’agir d’un pseudonyme, « il » pourrait bien être en réalité « elle » ou « ils ».

Est-ce que quelqu’un sait qui est Nakamoto?

Non, mais les enquêtes menées pour trouver la réponse sont parfois plus intrigantes que la réponse elle-même. Joshua Davis du New Yorker pensait qu’il s’agissait de Michael Clear, un étudiant diplômé en cryptographie de Trinity College Dublin. Il est arrivé à cette conclusion après avoir analysé les 80000 mots écrits par Nakamoto en ligne et après avoir effectué une recherche d’indices linguistiques. Il a également soupçonné Vili Lehdonvirta, un sociologue de l’économie finlandais et ancien développeur de jeux. Tous deux ont nié avoir inventé le Bitcoin. Michael Clear a démenti publiquement cette information lors du Web Summit en 2013.

Adam Penenberg de FastCompany a contesté cette allégation en disant que Nakamoto pourrait bien être trois personnes à la fois : Neal King, Vladimir Oksman et Charles Bry. Il est arrivé à cette conclusion en tapant les phrases uniques du document Bitcoin de Nakamoto dans Google pour savoir si elles sont utilisées autre part. En effet, certaines parmi elles se sont révélées brevetées par ces trois personnes pour la mise à jour et l’attribution des clés cryptées. Le nom du domaine Bitcoin.org, initialement utilisé par Satoshi pour publier son document, a été enregistré trois jours après le dépôt de la demande de brevet. Et l’un des auteurs a séjourné en Finlande six mois avant l’enregistrement du nom de domaine. Tous trois nient ces informations.

Quoiqu’il en soit lorsque bitcoin.org a été enregistré le 18 août 2008, le déclarant a utilisé un service d’enregistrement anonyme japonais en utilisant le FAI (fournisseur d’accès à Internet) japonais. L’enregistrement a été transféré en Finlande le 18 mai 2011, ce qui affaiblit la théorie de la Finlande.

D’autres pensent qu’il s’agit en fait de Martii Malmi, un développeur qui habite en Finlande, qui est impliqué dans le Bitcoin dès le début et qui a développé son interface utilisateur.

Jed McCaleb a également été pointé du doigt. Amoureux de la culture japonaise et résidant au Japon, il est le fondateur la plateforme de change controversée du Bitcoin Mt. Gox et le co-fondateur de Ripple Labs. C’est également lui qui a créé le réseau de partage de fichiers eDonkey en 2000.

Selon une autre théorie, il s’agirait des informaticiens Donal O’Mahony et Michael Peirce, sur base du document qu’ils ont rédigé sur les paiements numériques avec Hitesh Tewari. À trois ils ont publié un livre ensemble Electronic Payment Systems for E-Commerce. O’Mahony et Tewari ont également étudié à Trinity College Dublin, tout comme Michael Clear.

Plus récemment, les chercheurs israéliens Dorit Ron et Adi Shamir de l’Institut Weizmann ont réfuté les allégations formulées dans un document où ils suggèrent qu’un lien existe entre Satoshi et Silk Road, le marché noir sur Internet qui a été fermé par le FBI en octobre 2013. Selon eux, il y a bien un lien entre une adresse prétendument détenue par Satoshi et le site. Toutefois, il s’est avéré que l’adresse appartenait à Dustin D. Trammell, un chercheur en matière de sécurité qui a affirmé qu’il n’était pas Satoshi.

En mai 2013, Ted Nelson, un pionnier de l’Internet a annoncé une autre candidature, celle du mathématicien et professeur japonais Shinichi Mochizuki, même s’il admet que les preuves soient tout au mieux circonstancielles.

En février 2014, Leah McGrath Goodman de Newsweek affirmait avoir trouvé la trace du véritable Satoshi Nakamoto. Il s’agirait de Dorian S. Nakamoto, qui a depuis démenti tout rapport entre lui et le Bitcoin, a engagé un avocat et publié une déclaration officielle afin d’éclairer la situation.

Nick Szabo, Hal Finney, Michael Weber, Wei Dai et bien d’autres ont été cité périodiquement par les médias ou encore dans les discussions en ligne pouvant être potentiellement des Satoshis.

La plupart d’entre eux ont affirmé avec insistance qu’ils n’ont rien à avoir avec Nakamoto.

Donc, que savons-nous sur lui?

On a pu interviewer les personnes qui ont travaillé avec lui sur le développement du Bitcoin et la seule chose qui en ressort, c’est qu’il a conçu un système qui frôle la perfection. Selon Jeff Garzik, son codage n’était pas conventionnel et en ce sens, il n’appliquait pas les mêmes tests rigoureux qu’un ingénieur de logiciel classique l’aurait fait.

Est-il riche?

D’après l’analyse de Sergio Lerner, expert en Bitcoin et en cryptographie, Satoshi aurait miné bon nombre des premiers blocs du réseau Bitcoin et s’est donc construit une fortune d’environ un million de bitcoins. Ce trésor valait un milliard de dollars en novembre 2013, lorsque le Bitcoin s’échangeait à 1000 dollars.

Gavin Andersen, ancien développeur en chef sur Bitcoin Core et actuel Directeur Scientifique de la Fondation Bitcoin

Et aujourd’hui, que fait-il?

Personne ne sait ce qu’est devenu Satoshi, mais l’un des derniers mails qu’il a envoyé au développeur du logiciel date du 23 avril 2011 où il dit : « Je suis passé à autre chose. L’affaire est en de bonnes mains avec Gavin et les autres ».

Photo : Gavin Andersen, ancien développeur en chef sur Bitcoin Core et actuel Directeur Scientifique de la Fondation Bitcoin

A-t-il travaillé pour l’Etat?

Evidemment, il y a des rumeurs comme quoi il aurait travaillé pour l’Etat. Les gens ont même interprété son nom comme « centrale du renseignement », mais les gens voient ce qu’ils ont envie de voir. C’est la nature des théories du complot. La bonne question à se poser ici c’est pourquoi une agence de trois lettres aurait été intéressée par la création d’une crypto-monnaie utilisée par la suite comme mécanisme commercial anonyme, qui inquiète tant les sénateurs et le FBI quant au lien de cette monnaie et le terrorisme ou autres activités criminelles. Les théoriciens du complot auront, sans aucun doute, leur avis là-dessus également.

Peut-être que tout cela n’a aucune importance. Le développeur Jeff Garzik résume les choses de manière suivante : « Si Satoshi a développé un système open source ce n’est pour que vous sachiez qu’il est ou que vous ayez confiance en lui ou même que vous vous souciez de ses connaissances ». Le code open source rend tout secret impossible. « Le code source parle pour lui-même ».

En outre, utiliser un pseudonyme était très intelligent de sa part, souligne Jeff Garzik, car cela a forcé les utilisateurs à se concentrer davantage sur la technologie plutôt que sur la personnalité qui se trouve derrière elle. En fin de compte, le Bitcoin est devenu beaucoup plus important et populaire que Satoshi Nakamoto.

Cela dit, si vous trouvez le vrai Satoshi Nakamoto, n’hésitez pas à nous contacter !