news

BitMex est sous le coup d’une enquête de la CFTC

Par Carole le 24/07/2019 (News)
0


EXMO affiliate program

L’exchange BitMex est dans la ligne de mire des autorités américaines. En cause, la possible utilisation illégale de la plateforme de trading par des résidents américains.

La plateforme BitMex suspectée d’avoir contournée la règlementation américaine

Le moins que l’on puisse dire au sujet de BitMex, c’est que la plateforme joue dans la cour des grands. Le 29 juin dernier, Arthur Hayes, le CEO de BitMex, a annoncé que la plateforme a permis l’échange d’un milliard de dollars en un an. Le 26 juin 2019, autre record pour BitMex avec un total de 16 millions de dollars en cryptos échangés en une seule journée.

BitMex est donc une plateforme d’échange de crypto-monnaies majeures, mais pour autant, la société ne possède pas de licence l’autorisant à proposer ses services aux résidents américains. Là où le bât blesse, c’est que la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) soupçonne l’exchange de ne pas avoir respecté cette interdiction.

Début janvier 2019, la société BitMex avait affirmé être en train de clôturer les comptes de ses utilisateurs américains et québécois puisque n’étant pas inscrite auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF). Toutefois, il se pourrait que cela n’ait pas suffi, certaines personnes ayant réussi à contourner la géolocalisation en utilisant des VPNs.

Nouriel Roubini compare BitMex à “un cancer métastasé“

Pour Nouriel Roubini, surnommé Dr Doom du fait de ses prédictions on ne peut plus pessimistes sur l’avenir des crypto-monnaies, BitMex contrevient volontairement aux règlementations américaines. L’économiste appelle même dans son papier Le Grand Casse Crypto les organismes fédéraux à intervenir contre BitMex, qu’il qualifie de “crypto cancer qui s’est métastasé“.

Il faut dire qu’entre Nouriel Roubini et Arthur Hayes, l’heure est à la guerre ouverte. Les deux hommes, qui ne se portent pas dans leur cœur et c’est peu dire, n’hésitent pas à s’insulter par l’intermédiaire de tweets salés. Aux accusations de Roubini, le CEO et co-cofondateur de BitMex a simplement réagi en expliquant “Nous continuons à surveiller tous les développements juridiques et réglementaires à travers le monde et nous nous conformerons à toutes les lois et réglementations applicables. Nous rejetons toutes allégations de criminalité, de manipulation ou de traitement injuste envers nos utilisateurs“.

Pour le moment, l’enquête de la CFTC sur BitMex n’en est qu’à ses débuts. L’agence américaine n’a pour le moment pas commenté l’affaire.

Disclaimer : ce type d'investissements étant hautement spéculatifs, les divers contenus publiés ici ne constituent en rien une incitation à investir, ni une garantie de succès. Prudence donc. Et si vous décidez de vous lancer, ne le faites qu’avec des montants que vous pouvez vous permettre de perdre.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et ne ratez aucune de nos actualités !



laisser un commentaire

Vous devez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir publier des commentaires.