news

De l’importance de bien nommer son projet

Par Fred le 11/05/2018 (Curiosité)
0


Si vous jetez un coup d’œil aux noms des crypto-monnaies dans le market cap ou aux listes d’ICOs et d’airdrops, vous vous rendrez rapidement compte que certaines thématiques reviennent fréquemment. Le thème de l’argent, et les concepts associés, est bien évidemment présent, sorte de poudre aux yeux destinée à faire croire que parce que l’on identifie un tel mot à un projet ce dernier sera forcément rentable... Dans cette catégorie, on trouve des crypto-assets comme Chronobank, Entry Money, FortKnoxster et Goldchain, ou les plus connus Bitcoin Cash, Bitcoin Gold, Bitcoin Diamond.

SF et fantasy, une source d’inspiration fréquente

Une autre famille de concepts est également souvent présente, celle qui consiste à s’inspirer de thèmes de science-fiction ou de fantasy afin de susciter l’intérêt de la communauté geeks. Ce n’est en effet un secret pour personne que les développeurs et les passionnés de cryptos sont également souvent friands de ce type de divertissements. Que ce soit la littérature dérivée de l’œuvre JRR Tolkien ou les films de science-fiction phares, les noms et figures emblématiques de ces histoires se retrouvent fréquemment au cœur de l’imaginaire des développeurs.

Citons quelques exemples, parmi les crypto-actifs les plus connus : NEO est clairement inspiré du personnage emblématique de Matrix, tout comme l’est le MAN (Matrix AI Network) ; TRON est tiré du film culte homonyme, datant de 1982 et ayant fait l’objet d’une suite en 2010. D’autres projets plus récents tentent aussi de se démarquer en affichant des noms clairement repris de ces univers. On note ainsi une crypto-monnaie nommé Ubiq, titre d’un classique SF de Philip K. Dick, une ICO Legolas Exchange et plusieurs projets inspirés du mithril (Mithril, Mythril, Mithril Ore), un métal rare et éminemment précieux mentionné dans les livres et films de la saga du Seigneur des Anneaux. On a vu aussi passer, début 2018, l’ICO Galactikka, dérivé d’un autre classique de la science-fiction, et l’airdrop McFly, nom qui ne peut que faire penser à Marty McFly, héros du film Retour vers le Futur.

Un choix qui peut s’avérer lourd de conséquences

Certains développeurs, plus prudents, laissent juste sous-entendre une inspiration dans leur choix de nom. C’est le cas de Ravencoin, qui ferait référence aux corbeaux de la série Game of Thrones, ou de l’ICO Valhalla Coin qui s’inspire de la mythologie scandinave, opportunément remise au goût du jour par les films Thor.

Plus prudent ? En effet. Parce que l’adoption revendiquée de noms directement repris d’œuvres protégées par un droit de copyright pourrait aboutir, à terme, à de sérieux conflits légaux. Ainsi, il est de notoriété publique que les ayant-droits de l’œuvre de Tolkien sont assez sourcilleux de l’utilisation faite des termes et noms de la saga. Il est donc tout à fait possible que, si un des projets « Mithril » venait à aboutir et à rencontrer le succès, ceci ne conduise à une dispute légale.

Au-delà de l’inspiration, l’utilisation de termes protégés n’est donc pas forcément une bonne idée : si cela peut aider à différencier un projet face à d’autres, les suites légales pourraient bien le conduire à un enterrement prématuré… On conseillera donc aux investisseurs de ne pas prêter attention à ces effets de styles et de bien se concentrer sur les caractéristiques du projet, dont le white paper est un élément central, sur l’équipe créatrice et sur les éventuels partenariats signés, ces derniers étant un bon indicateur de l’intérêt réel que suscite un projet chez les grandes entreprises de l’économie réelle.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et ne ratez aucune de nos actualités !



laisser un commentaire

Vous devez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir publier des commentaires.