news

ING se lance dans la blockchain

Par Carole le 03/05/2018 (Technologie)
0


La banque d’origine néerlandaise ING est connue en France aussi bien par les particuliers, avec ING Direct, que par les professionnels, avec ING Wholesale Banking. Mais une chose que vous ignoriez peut-être sur le Groupe ING, c’est sa volonté d’entrer dans le monde de la blockchain.

Une nouvelle version du zero-knowledge proofs

L’équipe blockchain/distributed ledger technology d’ING a travaillé sur le zero-knowledge proofs (ZKRP) pour en sortir une nouvelle version encore plus efficace. Le nouveau système ZKRP d’ING permet de prouver qu’un nombre est bien situé dans une certaine plage sans être révélé. Pour rappel, selon Wikipedia, le zero-knowledge proofs (ou ‘preuve à divulgation nulle de connaissance’, en français) désigne un protocole sécurisé dans lequel une entité nommée « fournisseur de preuve », prouve mathématiquement à une autre entité, le « vérificateur », qu'une proposition est vraie sans révéler d'autres informations que la véracité de la proposition.

Les nombres ne sont pas les seuls concernés puisque tout type de données peut être analysé de la même façon. L’application du ZKRP est donc très vaste et pas seulement applicable aux banques.

Au-delà de cette fonction, il est possible d’avoir recours à l’algorithme zero-knowledge proofs pour anonymiser une transaction, durant laquelle il est également prouvé que le compte de l’émetteur dispose de suffisamment de fonds. Une application concrète ? Déterminer si un client est à même de rembourser un prêt sans avoir à connaître le montant exact de son compte.

La blockchain pour les échanges financiers

Pour ne pas être dépassées par les crypto-monnaies, les institutions financières ont réalisé qu’elles avaient tout intérêt à se mettre à la blockchain. La blockchain a bien des atouts pour les banques, notamment le fait de pouvoir réaliser des virements très rapides et à moindre frais.

Mariana Gomez de la Villa, qui est à la tête du programme blockchain d’ING, met en avant la collaboration de son équipe avec des cryptographes. Le code de leur solution ZKRP est d’ailleurs open source. ING participe donc à l’amélioration de la technologie blockchain et se positionne comme un précurseur dans le secteur bancaire.

ING et le Crédit Suisse, qui travaillent tous deux sur la distributed ledger technology (DLT), se sont ainsi échangé quasi instantanément 25 millions d’euros d’actifs à l’aide d’une plateforme blockchain. Sans cette technologie, l’opération aurait duré au moins un jour !

Rapidité, sécurité, transparence et coûts réduits. Voici tout ce que peut offrir la blockchain aux institutions financières. Et ça, ING l’a bien compris !

Disclaimer : ce type d'investissements étant hautement spéculatifs, les divers contenus publiés ici ne constituent en rien une incitation à investir, ni une garantie de succès. Prudence donc. Et si vous décidez de vous lancer, ne le faites qu’avec des montants que vous pouvez vous permettre de perdre.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et ne ratez aucune de nos actualités !



laisser un commentaire

Vous devez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir publier des commentaires.