news

Crimée : une infrastructure sur mesure pour les investisseurs sous sanctions ?

Par Fred le 20/11/2018 (Législation)
0


EXMO affiliate program

 ---Nb : cet article a été publié dans sa version originale en anglais dans East-West Digital News (voir ici), un média spécialisé couvrant l'actualité technologique de l'Europe de l'Est ---

 

La Crimée envisage de créer une infrastructure blockchain pour permettre aux investisseurs internationaux d'éviter les sanctions

Les autorités de Crimée, une péninsule de la mer Noire qui fait l'objet d’un contentieux entre la Russie et l'Ukraine depuis 2014, envisagent de créer un nouveau centre international de formation à la technologie blockchain.

Un tel centre enseignerait à des « spécialistes provenant de pays sous sanctions, comment utiliser les nouvelles technologies afin d’attirer les investisseurs étrangers », a déclaré vendredi à l'agence de presse TASS, Roman Tkachenko, président de l'Association républicaine de Crimée pour les technologies d'investissement relatives à la Blockchain (KRABIT en russe).

L'idée est de fonder « une université ou des cours destinés à des spécialistes de la blockchain, y compris ceux travaillant pour des gouvernements » provenant de « certains États qui, comme la Crimée, font l'objet de sanctions » a-t-il ajouté, citant en exemple l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie. Ces deux régions, qui faisaient auparavant partie du territoire géorgien, revendiquent leur indépendance depuis 2008, bien que seuls une poignée de pays, dont la Russie, les aient reconnues comme telles.

Tkachenko a expliqué que la technologie blockchain, en particulier, pourrait être utilisée afin de créer des plateformes d’investissement permettant à des investisseurs étrangers de travailler dans des pays sous sanctions tout en préservant l’anonymat de tous.

Cependant, le cadre réglementaire correspondant doit encore être défini, a-t-il ajouté.

Un refuge en mer Noire pour la crypto-monnaie

Plus tôt la semaine dernière, Georgy Muradov, le représentant permanent de la République de Crimée auprès du Président de la Fédération de Russie, a fait part de son intention de créer un cluster blockchain « prenant la forme d’un fonds d’investissement en crypto-monnaie », et ce dans le cadre de la Zone Économique Spéciale de Crimée.

Partant du constat que « près d’un billion de dollars » circulent dans le monde sous forme de crypto-monnaies, Muradov a déclaré : « Il s'agit de capital de risque, ils cherchent un refuge. »

Au printemps dernier, Mouradov avait déjà fait des déclarations sur la création éventuelle d’un fonds de crypto-monnaie permettant aux investisseurs étrangers d’éviter les sanctions lorsqu’ils investiraient dans des projets de Crimée.

Refusant de reconnaître ce qu'ils considèrent être une annexion russe de la Crimée, les pays occidentaux ont pris des sanctions économiques contre la Russie et ont tenté de restreindre les activités commerciales internationales dans la péninsule.

Disclaimer : ce type d'investissements étant hautement spéculatifs, les divers contenus publiés ici ne constituent en rien une incitation à investir, ni une garantie de succès. Prudence donc. Et si vous décidez de vous lancer, ne le faites qu’avec des montants que vous pouvez vous permettre de perdre.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et ne ratez aucune de nos actualités !



laisser un commentaire

Vous devez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir publier des commentaires.