news

La régulation des crypto-monnaies à travers le monde : Amérique, Afrique et Océanie

Par Carole le 07/02/2019 (News)
0


EXMO affiliate program

Après l’étude de l’Europe et de l’Asie, poursuivons notre tour du monde de la régulation des crypto-monnaies [lien de la première partie] en nous penchant cette fois-ci sur l’Amérique, l’Afrique ainsi que l’Océanie.

Le rapport aux crypto-monnaies en Amérique

États-Unis :

Aux États-Unis, les cryptos sont principalement considérées par la SEC comme étant des securities (titres financiers), toutefois, la CFTC revendique un statut de commodities, c’est-à-dire de produits. Les ICOs y sont règlementées et des projets de lois sont en préparation pour rendre plus transparent le système de règlementation, qui diffère parfois d’un État à un autre. Si le NASDAQ envisage le lancement de contrats à terme sur le Bitcoin cette année, la SEC n’a toujours pas statué sur l’autorisation d’un ETF Bitcoin.

Canada :

Le Canada est l’un des pays les plus accueillants envers la crypto-économie, même si certaines banques s’opposent à l’achat de tokens par leurs clients. Les canadiens peuvent toutefois acheter des biens avec du Bitcoin ou avec des altcoins, que ce soit sur Internet comme dans des magasins. Les bénéfices réalisés via le trading sont soumis à l’imposition.

Brésil :

Le Brésil est encore indécis sur les crypto-monnaies, qui ne sont pas classées comme étant des produits financiers. Les plateformes n’y sont pas régulées et les crypto-monnaies sont légales.

Vénézuela :

Le Vénézuela et le tant décrié Petro font régulièrement les titres tant la situation du pays est tendue. Le Petro, qui est la première crypto-monnaie étatique au monde, ne rencontre pas le succès escompté.

Certains pays d’Amérique du Sud se sont prononcées contre les devises numériques, qui y sont bannies. C’est le cas de l’Équateur et de la Bolivie.

Les crypto-monnaies et l’Afrique :

De nombreux pays africains n’ont pas défini de ligne de conduite claire à l’égard des crypto-monnaies. On note toutefois que les paiements en crypto-monnaies sont bannis dans certains États, comme au Maroc ou en Algérie. L’interdiction a toutefois été levée au Zimbabwe. Des pays comme l’Afrique du Sud se montrent bien plus ouverts à la crypto-économie. Notons que l’Africatech est particulièrement dynamique malgré sa difficulté à attirer des capitaux, faisant naître de grands espoirs dans l’avenir de la crypto-sphère au sein du continent africain.

Le rôle de l’Océanie dans la crypto-sphère :

Australie :

Une région du globe dont on parle relativement peu est l’Océanie. L’Australie présente pourtant de nombreux atouts, avec un cadre propice au développement de projets basés sur la blockchain. Il est notamment possible de payer ses factures en cryptos en Australie. Un projet de loi, l’Assistance and Access Bill, pourrait néanmoins avoir des effets négatifs sur l’écosystème des cryptos dans le pays.

Il est difficile de brosser un portrait complet de la régulation mondiale des crypto-monnaies. Bien des pays sont caractérisées par une situation complexe pouvant évoluer rapidement. Il faut espérer que dans les années à venir, la régulation se mette en place avec une plus grande harmonisation au niveau mondial.

Disclaimer : ce type d'investissements étant hautement spéculatifs, les divers contenus publiés ici ne constituent en rien une incitation à investir, ni une garantie de succès. Prudence donc. Et si vous décidez de vous lancer, ne le faites qu’avec des montants que vous pouvez vous permettre de perdre.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et ne ratez aucune de nos actualités !



laisser un commentaire

Vous devez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir publier des commentaires.