news

La semaine passée, en bref (01-07 avril.)

Par Carole le 08/04/2019 (News)
0


EXMO affiliate program

Actu des plateformes de trading

  • Binance va prochainement ouvrir sa filiale à Singapour, une étape supplémentaire dans son programme d’expansion. En septembre 2018, le CEO de Binance, Changpeng “CZ” Zhao avait évoqué sa volonté d’ouvrir une plateforme de trading fiat à cryptos partout dans le monde, idéalement deux par continent. La récente annonce a été faite lors de la conférence Deconomy à Séoul, où CZ a également fait part du lancement à la fin du mois du Binance DEX. Cet exchange décentralisé de Binance est actuellement disponible en version bêta.
  • Autre actu chez Binance : son Trust Wallet intégrera bientôt une fonctionnalité de stacking. Cela signifie qu’il sera optimisé pour toutes les cryptos reposant sur la méthode du Proof-of-Stake (PoS). Ainsi, les utilisateurs du Trust Wallet pourront voter mais également recevoir des récompenses pour la validation de transactions. De plus, le Trust Wallet de Binance intègre désormais Tezos, une crypto qui repose sur le dPoS et qui est actuellement en 19ème position dans le Market Cap.
  • À la suite d’une ICO ayant permis de récolter 26 millions de dollars, la plateforme de trading de crypto-monnaies IronX a ouvert ses portes. Il s’agit d’une plateforme régulée, créée par IronFX et EmurgoHK. 11 tokens et 3 monnaies fiat (USD, EUR, JPY) sont disponibles et les frais de commission sont réduits de 50% si les utilisateurs se servent du token IRX de la plateforme. À l’occasion de l’ouverture d’IronX, les clients qui s’enregistrent gagnent automatiquement 10 IRX. Un programme d’affiliation est également mis en place.

Actu des crypto-monnaies

  • Le Bitcoin a s’est envolé, et pas qu’au niveau de son prix. Avec la Crypto Renaissance, nom employé pour qualifier la flambée des prix des cryptos à partir du 02 avril, le nombre de recherche du terme “Bitcoin“ a également explosé. Par rapport au début d’année, la requête du mot clef Bitcoin a doublé sur Google. Un constat similaire est fait sur Baidu, un moteur de recherche très apprécié en Chine. Si le lien entre les recherches des internautes et le cours des cryptos s’avère vrai, le Bitcoin pourrait bien nous réserver encore quelques belles surprises.
  • La Banque Centrale du Pakistan (SBP) a fait part de sa volonté de créer une crypto-monnaie d’ici à 2025. Le ministre pakistanais de la Finance, Asad Umar, a demandé à la SBP de faire preuve de prudence “Nous nous dirigeons vers une économie numérique et il est absolument essentiel de garantir sa cybersécurité“. Selon Jameel Ahmad, directeur adjoint à la SBP, une devise numérique permettra de promouvoir l’inclusion financière, de réduire la corruption ainsi que de moderniser la Banque Centrale. Une régulation stricte est prévue.
  • S’il existe de nombreux stablecoins indexés sur le dollar américain, leur pendant canadien se faisait attendre. C’était sans compter l’initiative de la plateforme d’échange Coinsquare, qui a décidé de créer un stablecoin indexé sur le dollar canadien. Le token, appelé eCAD, devrait prochainement voir le jour. Pour le CEO de Coinsquare, Cole Diamond, “le lancement d’eCAD va mettre en place le premier moyen à la fois transparent, abordable et sécurisé de transférer de l’argent au Canada et en dehors du pays, sans le risque d’instabilité que l’on connait dans le marché des crypto-monnaies traditionnelles“.

Actu des innovations

  • Selon le rapport Digital Enterprise Report de la firme Okta, 61% des firmes évoluant dans le domaine de l’IT ont investi dans la technologie blockchain. L’étude a été menée auprès de 1 050 entreprises générant un chiffre d’affaire d’au moins 1 milliard de dollars. Les secteurs d’investissement préférés restent l’IoT (72%) et l’Intelligence Artificielle (68%). La blockchain (61%) dépasse la réalité augmentée (58%). Le rapport d’Okta met en avant l’importance de la transformation numérique des firmes consultées, puisque 90% ont déjà investi dans au moins un des domaines mentionnés.
  • Avec l’expansion de l’Internet des Objets (IoT), un problème se pose : celui de la sécurité des objets et des données qu’ils transmettent. C’est pour répondre à cela que la société suisse WISeKey a développé une solution blockchain. Appelée SensorsID, il s’agit d’une méthode d’authentification et d’identification utilisant un outil cryptographique, le Root of Trust (RoT). SensorsID n’est la seule solution d’authentification de WISeKey puisque l’entreprise est à l’origine de CertifyID et de WISeID. WISeKey est également à l’origine du centre d’excellence de la blockchain établi à Genève.
  • La semaine dernière, on vous parlait des citoyens américains qui peuvent désormais payer en cryptos leur séjour Airbnb. Cette semaine, c’est un hôtel suisse qui vient d’annoncer qu’il acceptera prochainement le paiement en Bitcoin. Et cet hôtel, ce n’est pas n’importe lequel puisqu’il s’agit d’un hôtel 5 étoiles, The Dolger Grand. La société suisse Inacta a mis en place sa solution mobile Inapay pour l’hôtel, permettant à ses clients de payer en Bitcoin leur réservation ainsi que des services comme des soins au spa. Le lancement est prévu pour le 1er mai.
  • La Russie, sous l’impulsion de Vladimir Poutine, souhaite se mettre aux cryptos. Récemment, le premier ministre russe Dmitry Medvedev a décidé d’utiliser la blockchain pour les contrats de gaz avec la société Gazprom. Une plateforme utilisant des smart contracts, développée par la banque Gazprombank, sera bientôt en phase de test. Ce n’est pas la première initiative de Gazprom dans le domaine de la blockchain. La firme s’y était déjà frottée via sa filiale Gazprom Neft en début d’année, dans le cadre de sa chaîne d’approvisionnement.

Actu des partenariats

  • La Banque Fédérale d’Inde a signé un partenariat avec Ripple dans le but d’effectuer des paiements transfrontaliers. Selon la banque, la technologie de Ripple “assure que les transactions transfrontalières soient plus sûres et mieux sécurisées“. Si Ripple s’est établi avec succès dans le secteur de la fintech, il est concurrencé par IBM, qui vient de lancer son réseau Word Wire dans le but de révolutionner les paiements transfrontaliers.

Actu des levées de fonds

  • La startup Cambridge Blockchain vient de lever 3,5 millions de dollars après un précédent tour de table de 7 millions de dollars. Lors de cette nouvelle levée de fonds, la startup a réussi à convaincre un investisseur de taille : PayPal. Il s’agit du premier investissement de la firme dans une société blockchain. Cambridge Blockchain est une startup spécialisée dans l’identification numérique, tout en laissant aux utilisateurs le contrôle sur leurs données. Une fonctionnalité qui a suscité l’intérêt de PayPal, qui est utilisé par 203 millions de particuliers à travers le monde et qui est implémenté sur de nombreux e-commerce. La firme Okta a quant à elle investi dans une autre startup spécialisée dans l’identité, Trusted Key.
  • Pour la startup Offchain Labs, ce sont 3,7 millions de dollars qui ont été récoltés. Son objectif est de rendre les smart contracts plus faciles à développer à grande échelle tout en étant sécurisés et rendus privés. Pour cela, la startup a développé son propre protocole : Arbitrum. Offchain Labs a été fondée par Ed Felten, profession à l’université de Princeton, Steen Goldfeder, chercheur à Cornell Tech et Harry Kalodner, doctorant à Princeton. Des membres de l’équipe d’Offchain Labs seront présents à la Paris Blockchain Week, qui se déroulera la semaine prochaine.
  • Les jeux vidéos sur blockchain ont le vent en poupe ! Ce n’est pas la récente levée de fonds de la startup Lucid Sight qui va nous faire penser le contraire. Spécialisée dans le développement de jeux vidéo sur la blockchain, Lucid Sight a levé 6 millions de dollars, en plus de 5 millions précédemment réunis, pour lancer Scarcity Engine. Ce logiciel “aidera à combler le fossé entre la blockchain et les plateformes de jeux traditionnelles“. Les jeux blockchain pourront ainsi facilement être portés sur les consoles, les ordinateurs ainsi que les smartphones.

Actu des régulations

  • Pas de bonne nouvelle pour tous ceux qui attendent d’un pied ferme les ETFs Bitcoin. La SEC a annoncé le report de sa décision sur deux ETFs Bitcoin : celui de SolidX-VanEck et de Bitwise. La Security of Exchange Commission a décidé de prolonger de 45 jours sa réflexion. La nouvelle date pour la délibération de l’EFT Bitcoin SolidX-VanEck est désormais prévue pour le 16 mai… Sous réserve d’un nouveau report.
  • En revanche, la SEC a reconnu l’existence d’un utility token dans sa réponse à la startup TurnKey Jet. C’est une première ! La SEC a détaillé dans son courrier six points qui ont motivé sa décision de considérer les tokens TKJ de TurnKey Jet comme des tokens utilitaires (utility tokens) et non pas comme des valeurs mobilières (securites). Une des raisons spécifiée est que le prix d’un TKJ sera d’un dollar et que TurnKey Jet s’engage à fournir un service (en l’occurence des vols en jet privé) dont le prix en TKJ reflète le prix en dollar (1 TKJ = 1 USD).
  • Autre nouvelle concernant la SEC : la parution d’un guide sur l’émission de tokens. Intitulé Framework for ‘Investment Contract’ Analysis of Digital Assets, ce guide tente d’éclaircir l’industrie des crypto-monnaies, mettant en avant la technique d’analyse appelée Howey Test, qui vise à déterminer si l’on se trouve face à un contrat d’investissement ou non. Au final, le guide de la SEC fait déjà l’objet de critiques de la part de spécialistes du secteur, qui lui reprochent son manque de clarté et le fait qu’il faille faire du cas par ças au niveau des ICOs.  La SEC ayant publié une offre d’emploi concernant un poste d’expert juridique lié à la régulation des devises numériques, un guide plus précis verra sans doute le jour.
  • À Bruxelles, un évènement de taille s’est déroulé au siège de la Commission Européenne. 105 entreprises spécialisées dans la technologie des registres distribués (DLT) ont adhéré à l’International Association of Trusted Blockchain Applications (INATBA). Cette association vise à promouvoir la technologie blockchain et les DLT et “encouragera l'utilisation de la technologie de la blockchain en développant un cadre mondial stable, transparent et fondé sur la confiance“. Parmi les entreprises signataires, on trouve Bitfury, ConsenSys, ENGIE, IBM, LEDGER, Ripple Labs Inc., ainsi que de nombreuses institutions financières. L’INATBA a reçu le soutien de la Commission Européenne, de l’UNICEF, de la Banque Mondiale et de l’OCDE.

Actu des piratages

  • QuadriguaCX bientôt en faillite ? C’est ce que le cabinet d’audit Ernst & Young (EY) recommande, ne pouvant que constater que les wallets de l’exchange canadien sont vides et qu’ils étaient en réalité réapprovisionnés par Gerald Cotten, l’ancien CEO. La plateforme doit près de 200 millions de dollars à 115 000 utilisateurs. Pour Ernst & Young, la loi CCAA sous laquelle a été placée l’entreprise dans la perspective d’une restructuration ne suffira pas, d’où l’intérêt d’une mise en faillite. Le cabinet a également demandé le gel des actifs concernés par la succession de Gerald Cotten. 
  • Après les déboires de la plateforme de QuadrigaCX, une autre affaire secoue le Canada. Kevin Hobbs et Lisa Cheng, deux entrepreneurs, sont à l’origine de la société Vanbex, aussi appelée Etherparty. Il s’agirait toutefois d’une société écran, qui aurait réussi à lever 22 millions de dollars dans une ICO frauduleuse avec un token appelé FUEL. Les comptes des deux dirigeants de Vanbex ont été gelés par les autorités canadiennes, qui se sont également emparées de leurs véhicules, achetés avec les fonds récoltés via l’ICO. Pour Lisa Cheng, la justice “clame à tord que notre entreprise est une fraude“. Affaire à suivre. 
  • En Belgique, la FSMA (l’Autorité des Services et Marchés Financiers) a recensé de nouveaux sites proposant des offres frauduleuses d’investissement dans les crypto-monnaies. 7 nouveaux sites ont été identifiés comme étant suspects de fraude. En tout, ce sont 120 sites qui ont été répertoriés par la FSMA, qui met en garde les aspirants investisseurs en les enjoignant de se méfier des offres proposant un investissement à la simple et fortement rémunérateur dans le secteur des cryptos. L’an passé, il s’est avéré que les 3/4 des ICOs étaient des arnaques.
  • La plateforme de trading CoinBene a-t-elle été piratée ? Le 26 mars dernier, l’exchange a coupé toutes ses opérations et s’est mis en maintenance de façon subite. Sur Twitter, la raison évoquée était “l’amélioration de l’expérience client“. Devant les rumeurs de hack, CoinBene a tenu à clarifier les choses, arguant que l’amélioration de ses wallets répondait justement à une volonté d’améliorer la sécurité devant les récents piratages d’autres plateformes. Cependant, l’équipe d’Elementus a révélé que 105 millions de dollars en tokens ont quitté les hot wallets de CoinBene pour être vendus sur différents exchanges. Alors, piratage ou pas ? La prudence reste de mise.

Actu des déclarations

  • Le marché des ICOs serait-il en pleine perte de vitesse ? C’est en tout cas ce que laisse entendre le dernier rapport du Wall Street Journal. Durant le premier semestre de 2018, 6,9 milliards de dollars avaient été récoltés via des ICOs. Pour la même période en 2019, les chiffres chutent à 118 millions de dollars seulement. Un phénomène que le Wall Street Journal attribue au bear market ainsi qu’aux régulateurs, qui serrent la vis aux entrepreneurs qui souhaitent lancer des ICOs.
  • Si les ICOs n’ont plus la cote, pour Thomas Lee, le co-fondateur de Fundstrat Global, le Bitcoin renoue avec une tendance haussière. Serait-ce le retour du bull market ? Si l’on en croit l’analyste, un des signes marquants sont les whales qui se remettent à accumuler des cryptos en masse. Autre déclaration marquante, celle de Brian Armstrong, le CEO de Coinbase. Il affirme regretter d’avoir trop promu le Bitcoin au détriment des autres cryptos. Il s’est également exprimé sur ce qui permettrait l’adoption en masse des devises numériques : des prix plus stables ainsi qu’une meilleure scalabilité ainsi que davantage de facilité d’utilisation.
  • Pour le 1er avril, Dogecoin a demandé sur son compte Twitter qui devrait être le CEO de Dogecoin. Une blague qui a été suivie par la communauté, qui a voté pour Elon Musk. Ce dernier n’a pas manqué de rebondir, tweetant “Le Dogecoin est peut-être ma crypto-monnaie préférée. Elle est assez cool“ et indiquant sur son compte Former CEO of Dogecoin, ce qui a bien sûr déclenché une multitude de réactions. Elon Musk s’était exprimé il y a peu sur le sujet des cryptos, affirmant qu’elles sont trop énergivores pour Tesla.
  • Et, enfin, notre petite liste hebdomadaire d’Airdrops. On vous rappelle au passage de ne jamais donner vos pass ou clés privées lors de ces événements, sécurité oblige…
    • DOBI Exchange, Biido, Futurepia, Bitcoin Air, RTREE, Pukkamex round 2, LOTEO round 2, DATA, University of Blockchain and Investing, Streamex, Miracle Tele, Aussie Digital, Tipestry, Betinance, AERUM, BitForex, Coinquista, Argentas, CoinHatcher, Relex, Swissborg, WaykiChain by Cointiger, Amplify Exchange.

Disclaimer : ce type d'investissements étant hautement spéculatifs, les divers contenus publiés ici ne constituent en rien une incitation à investir, ni une garantie de succès. Prudence donc. Et si vous décidez de vous lancer, ne le faites qu’avec des montants que vous pouvez vous permettre de perdre.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et ne ratez aucune de nos actualités !



laisser un commentaire

Vous devez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir publier des commentaires.