news

La semaine passée, en bref (01-07 Juillet)

Par Carole le 08/07/2019 (News)
0


EXMO affiliate program

Actu des plateformes de trading

  • Les Binance Futures, c’est pour bientôt. Changpeng Zhao, le CEO de la puissante plateforme Binance, a annoncé lors de l’Asia Blockchain Summit l’arrivée prochaine d’une plateforme dédiée au trading de contrats à terme. Dans un premier temps, les contrats à terme seront consacrés au Bitcoin, avec un effet de levier allant jusqu’à x20. D’autres cryptos devraient se rajouter par la suite.

Actu des crypto-monnaies

  • Si des voix s’élèvent contre la crypto-monnaie de Facebook, demandant même au congrès américain d’exiger l’arrêt de son développement, le Libra pourrait bien s’heurter à un faible taux d’adoption. Aux États-Unis, selon une étude de The Block, 45% des personnes interrogées sont réticentes à l’utilisation du Libra du fait de leur manque de confiance en Facebook. En France, YouGov France a recueilli seulement 14% d’avis favorables pour l’utilisation du Libra.
  • Le Litecoin est désormais disponible sur l’application SPEDN de Flexa. Celle-ci rend accessible un système de paiement pour régler des achats dans près de 40 000 boutiques à travers les États-Unis. Pour Charlie Lee, le créateur du Litecoin, “Pouvoir payer avec des LTCs chez tous ces nouveaux marchants est génial pour la communauté Litecoin“. La start-up Flexa a d’ailleurs expliqué que la vitalité de la communauté Litecoin a amplement motivé l’ajout du token dans SPEDN.
  • Le Dogecoin a bondi de +37% suite à son ajout sur Binance. Le DOGE peut à présent être tradé contre du BNB, du BTC, de l’USDT, du PAX et de l’USDC. Changpeng Zhao a expliqué que c’est grâce à sa communauté soudée et non pas son aspect technologique que le Dogecoin avait été sélectionné par la plateforme. CZ a ajouté avec humour que le pseudo ex-CEO de Dogecoin avait aidé, faisant référence à la fois où Elon Musk avait twitté que le Dogecoin était peut-être sa crypto préférée.

Actu des innovations

  • La société Blockstream vient de dévoiler le Liquid Swap Tool, un outil permettant de réaliser des atomic swaps sur le réseau de Liquid. Adam Back, le CEO et co-fondateur de Blockstream, a expliqué que les atomic swaps entre les actifs de Liquid sont plus simples à réaliser que les atomic swaps cross-chain. Le nouvel outil de Blockstream donne la possibilité d’échanger des tokens rapidement et facilement, sans intermédiaire.
  • Le programme de micro-assurances d’Oxfam au Sri Lanka est désormais officiellement lancé. Conçu avec Etherisc, une start-up spécialisée dans l’InsurTech, son but est d’offrir aux fermiers du pays des assurances peu coûteuses et facilement accessibles, le tout par le biais d’une blockchain permettant une automatisation du versement des indemnisations le cas échéant.
  • Pour ZenGo, le wallet de Facebook, Calibra, pourrait être amélioré puisque les utilisateurs n’ont pas un contrôle total dessus. Pour montrer que d’autres solutions existent, la start-up a développé un projet open source reposant sur le Proof-of-Concept (PoC), qui permettrait de détenir du Libra de façon indépendante, tout en s’affranchissant des clefs privées grâce à un cryptosystème à seuil (TSS).
  • BrewDog est décidément très crypto friendly. La brasserie écossaise, qui avait été la première à ouvrir un pub où il est possible de régler en cryptos, vient de faire une nouvelle annonce : elle prolonge sa campagne de financement participatif Equity for Punks et à cette occasion, elle offre la possibilité d’investir en crypto-monnaies. Son objectif est de récolter 1 million de livres sterling pour créer de nouveaux sites ainsi que pour étoffer sa carte de produits.

Actu des partenariats

  • La société Clearway Energy s’est associée à la start-up blockchain Power Ledger pour l’échange de crédits d'énergie renouvelable (RECs). La plateforme, qui sera testée durant plusieurs mois sur deux projets, devrait être disponible à grande échelle l’année prochaine. Grâce à cette plateforme, l’achat de RECs, dont le marché est évalué à 3 milliards de dollars, sera facilité, moins coûteux et plus sécurisé.
  • La BTG Pactual, la première banque d’investissement d’Amérique latine, s’est associée à la société Dalma Capital. La banque brésilienne, qui fut une des pionnières dans le secteur des Security Token Offering (STO), compte utiliser la blockchain de Tezos. Les STOs de BTG Pactual, qui représentent un milliard de dollars, vont ainsi être déplacés du réseau Ethereum vers celui de Tezos, ce dont la Tezos Foundation s’est félicitée.

Actu des levées de fonds

  • La plateforme auto-financée Gab cherche à récolter 10 millions de dollars pour assurer sa décentralisation et intégrer un système de paiement en Bitcoin via le Lightning Network. La société Gab, qui se présente comme protectrice de la liberté d’expression et de la démocratisation d’accès à l’information, est connue pour son réseau social anti-censure et Dissenter Browser, un navigateur open source. Le problème ? La plateforme, qui intègre également, est devenue le refuge de l’extrême droite, refoulée des autres réseaux comme Twitter ou Facebook.

Actu des régulations

  • Si le G7 a mis en place une taskforce sur les stablecoins, l’inquiétude est moins perceptible chez les leaders du G20, qui viennent de se réunir à Osaka. Dans leur rapport, s’ils affirment surveiller avec attention le secteur et qu’ils demandent l’application de la réglementation du Groupe d’Action Financière (GAFI), ils estiment que “les crypto-actifs ne représentent pas de menace à la stabilité financière mondiale“.
  • Les cryptos pourraient-elles faire de l’ombre au cash qui règne encore en maître au Japon ? Une grande partie des japonais préfèrent encore l’utilisation de l’argent liquide au détriment du paiement électronique. Pour Masayoshi Amamiya, le vice-gouverneur de la Banque du Japon (BOJ), les banques centrales ne vont pas se débarrasser du cash pour se concentrer sur des devises numériques du fait des taux d’intérêt négatifs. En 2016, la BOJ a adopté une mesure fixant son taux de dépôt à -0,1%. De nombreuses banques centrales s’intéressent toutefois de près à la blockchain et aux crypto-monnaies.
  • La Corée du Sud se montre très ouverte aux crypto-monnaies, à tel point que la ville de Busan, la deuxième ville du pays après Séoul, compte lancer sa propre crypto. Busan prépare ainsi un stablecoin indexé sur la valeur du won coréen pour dynamiser son économie locale. Pour ce projet, la ville collabore avec une branche du BNK Financial Group, la BNK Busan Bank.
  • Cuba a été profondément impacté par la crise économique qui plombe le Vénézuéla. Pour échapper aux sanctions américaines, le pays pourrait bien se tourner vers les crypto-monnaies. Lors d’une annonce télévisée, le président cubain Migual Diaz-Canel s’est exprimé sur un plan de relance. Le ministre de l’économie Alejandro Gil Fernandez a quant à lui affirmé “Nous étudions une utilisation potentielle des crypto-monnaies“.
  • De son côté, Nicolas Maduro durcit le ton et force une nouvelle fois l’adoption du Petro. Selon un tweet du ministère de l’Économie et des Finances du Vénézuela, le président Maduro “a ordonné à toutes les succursales de la Banque du Vénézuela d’ouvrir des guichets pour l’échange du Petro“. Une annonce qui a aussitôt été suivie de réactions mitigées.
  • L’Abkhazie, un État qui n’est que partiellement reconnu, souhaite construire une importante ferme de minage sur ses terres. C’est le président lui-même, Raul Khadjimba, qui s’est exprimé à ce sujet, affirmant que le gouvernement “essaye de légitimer ces procédés afin qu’il rapporte de l’argent au budget du pays“. Un peu plus tôt dans l’année, 15 fermes de minages indépendantes installées en Abkhazie avaient vu leur électricité coupée. 

Actu des piratages

  • Un exit scam pour Bitsane ? La plateforme d’échange de crypto-monnaies irlandaise a fermé ses portes, conservant les fonds de ses 246 0000 utilisateurs. Une escroquerie qui en a surpris plus d’un, l’exchange, fondé en 2016, ayant été recommandé par Ripple pour le trading du XRP. Les dirigeants de Bitsane ont disparu de la circulation tandis que la plateforme est hors ligne depuis le 17 juin dernier.
  • Mardi 02 juillet, des millions de sites hébergés par Cloudflare ont cessé de fonctionner, dont Coinbase et CoinMarketCap. Rapidement, des murmures d’une attaque DDoS massive se répandus. Finalement, il n’en était rien, la panne de Cloudflare provenant simplement d’un “mauvais déploiement de logiciel“ selon le communiqué officiel de la firme. Si des prix aberrants de cryptos ont pu être constatés au niveau de certains widgets, la crypto-sphère n’a a priori pas été réellement impactée par ce dysfonctionnement.

Actu des déclarations

  • Pour l’avocat Stephen Palley, les documents fournis par Craig Wright pour se défendre dans son procès contre Ira Kleiman ont été falsifiés. Selon Palley, l’entrepreneur américain qui revendique être le père du Bitcoin aurait même avoué à demi-mots lors de son audition à la cour que les documents présentés n’étaient pas des originaux. Toutefois, aucune décision officielle n’a été rendue publique.
  • Agustín Carstens, serait-il en train de revoir sa position sur les crypto-monnaies ? L’économiste et politicien, qui occupe la place de directeur de la Banque des règlements internationaux (BIS), a affirmé que de nombreuses banques centrales travaillent à l’élaboration de monnaies numériques basées sur des monnaies fiat avec le soutien du BIS. Sa déclaration survient peu de temps après les remous causés par la menace que représente le Libra de Facebook sur les monnaies souveraines.
  • Max Keiser s’est librement exprimé sur l’avenir des altcoins au micro de la CNBC. C’est simple, pour lui “Tout l’argent va aller au Bitcoin“. Le broadcaster et trader américain croit fermement en l’écrasante domination du Bitcoin à l’avenir. Pour lui “le phénomène altcoin est terminé“ et les possesseurs de cryptos vont être amenés à investir uniquement dans “la plus sécurisée des chaînes“, à savoir le Bitcoin, ce qui n’a pas manqué d’entraîner de fortes réactions au sein de la crypto-communauté.
  • La twittosphère a pu se délecter d’une altercation haute en couleurs entre l’économiste Nouriel Roubini, un détracteur avéré du Bitcoin, et Arthur Hayes, le CEO de la plateforme Bitmex, connu pour ne pas avoir sa langue dans sa poche. Entre les deux fortes personnalités, la guerre est ouverte. Tout est parti de leur débat lors de l’Asia Blockchain Summit, dont l’enregistrement vidéo n’a pas encore été diffusé, provocant la colère de Nouriel Roubini contre “la crypto mafia“ qui chercherait à le censurer…

Les chiffres à retenir

  • Plus d’un million de transactions ont été effectuées sur la blockchain Ethereum le 28 juin dernier. Ce n’était pas arrivé depuis plus d’un an ! Selon Etherscan, le nombre maximal de transactions journalières reste pour le moment inégalé. Il s’agit des 1 349 890 transactions ayant eu lieu le 04 janvier 2018.
  • Dans sa parution de juillet de sa Cartographie 2019 des marchés et des risques, l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), note que “le nombre total de demandes reçues par EIS  diminue légèrement depuis la fin de l’année 2018“. Une autre tendance pointée du doigt est celle de la diminution des demandes d’informations et de l’augmentation des réclamations. En mai dernier, l’AMF avait dévoilé une hausse de 14 000% du nombre de réclamations quant à des arnaques liées aux crypto-monnaies en 2018, par rapport à 2016.
  • Et, enfin, notre petite liste hebdomadaire d’Airdrops. On vous rappelle au passage de ne jamais donner vos pass ou clés privées lors de ces événements, sécurité oblige…
    • OmniSparx, Authoreon, ICOFY, Maxum, CIA & SaTT, YOOSourcing, Fortem Capital & CoinBit, Cresio round 4, IntelliShare, DocTailor, 12Ships, Liquid (Raffle).

Disclaimer : ce type d'investissements étant hautement spéculatifs, les divers contenus publiés ici ne constituent en rien une incitation à investir, ni une garantie de succès. Prudence donc. Et si vous décidez de vous lancer, ne le faites qu’avec des montants que vous pouvez vous permettre de perdre.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et ne ratez aucune de nos actualités !



laisser un commentaire

Vous devez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir publier des commentaires.