news

La semaine passée, en bref (18-24 mars.)

Par Carole le 25/03/2019 (News)
0


EXMO affiliate program
  • Dans la saga QuadrigaCX c’est cette fois-ci l’autre co-fondateur qui fait l’objet d’une tempête médiatique. Michael Patryn, de son vrai nom Omar Dhanani (l’homme a changé de nom à deux reprises) a été inculpé à plusieurs reprises aux États-Unis. En 2002, Omar Dhanani est reconnu coupable dans l’affaire ShadowCrew. En 2005, il est condamné à 18 mois de prison pour fraude à la carte bancaire et vol d’identité. En 2007, il plaide coupable dans plusieurs dossiers, faisant état de cambriolage, de vol et de fraude informatique. C’est par la suite qu’il sera expulsé au Canada, où il fondera en 2013 QuadrigaCX avec Gerald Cotten. Michael Patryn maintient qu’il n’est pas Omar Dhanani, malgré les preuves réunies par Bloomberg. Il réfute également toute implication dans la gestion de QuadrigaCX, qu’il a quitté en 2016.
  • Dans la lignée des remous juridiques, Jeff Garzik a reçu un assignement à comparaître de la part de Craig Wright, qui l’enjoint à prouver via des preuves tangibles que Dave Kleiman, décédé en 2013, serait le créateur véritable du Bitcoin. Craig Wright est une figure controversée dans le monde des cryptos. Il avait revendiqué la paternité du Bitcoin, avant de se rétracter. Jeff Garzik est quant à lui un développeur pionnier du Bitcoin et CEO de la startup blockchain Bloq. Il avait affirmé en novembre 2018 que Dave Kleiman était Satoshi Nakamoto durant une interview avec l’agence Bloomberg, déclaration que Craig Wright n’a pas appréciée.
  • En parlant de Craig Wright, celui-ci en train de se construire un empire de brevets. Selon l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (WIPO en anglais), l’entrepreneur australien a soumis 155 brevets depuis août 2017, dont 114 mentionnant le terme de blockchain. Craig Wright serait-il un patent troll, une personne qui amasse les brevets dans l’unique but d’en tirer des profits financiers ? Toujours est-il qu’après une crise de colère sur Twitter, le créateur autoproclamé du Bitcoin a vu son compte désactivé. À l’heure de cette publication, le compte Twitter de Craig Wright est toujours désactivé.
  • Alexander Vinnik, l’homme soupçonné d’avoir blanchi des milliards de dollars par le biais de la plateforme BTC-e et du piratage de Mt. Gox, a demandé son extradition vers son pays d’origine, la Russie. Arrêté lors de ses vacances en Grèce en juillet 2017 avec 21 chefs d’accusation portés contre lui, il est attente d’une extradition pour la France ou les États-Unis. La semaine dernière, Alexander Vinnik a fait appel pour demander son extraction pour la Russie ou sa libération, et cela “pour des raisons humanitaires“. Ayant entamé une grève de la faim depuis novembre 2018, son état de santé serait préoccupant. Le Ministre de la Justice grec, Michalis Kalogirou, doit désormais trancher sur son sort.
  • Côté recrutement, Facebook est à la recherche d’un avocat sénior, expérimenté dans la technologie blockchain. La mission décrite par la fiche du poste est la suivante “Vous devrez conseiller les clients sur les divers risques juridiques, les stratégies commerciales et d’autres questions relatives aux transactions commerciales et aux opérations générales“. Plus de cinq années d’expérience dans le domaine juridique sont requises pour ce poste. Récemment, Mark Zuckerberg s’est exprimé sur les atouts de la technologie blockchain et il se murmure d’un Facebook Coin serait en préparation.
  • Chez Square, l’heure est également au recrutement avec trois à quatre ouvertures pour des postes d’ingénieurs ainsi que pour un poste de designer. Jack Dorsey, le CEO de la startup fintech, a tweeté que les postes concernent un travail à plein temps avec pour mission de contribuer à l’écosystème des crypto-monnaies et notamment du Bitcoin. Les avantages ? Pouvoir travailler en remote de n’importe où et même pouvoir être payé en BTC ! De plus, les objectifs ne seront pas centrés sur les intérêts financiers de Square puisque pour Jack Dorsey, il s’agit de faire “ce qui est le mieux pour la communauté crypto“ et que “tout le travail qui en découlera sera open-source et gratuit“. De quoi piquer au vif l’intérêt de nombreuses personnes ! 
  • La startup BlockApps a annoncé sa collaboration avec la division CropScience du groupe Bayer AG. La filiale Bayer CropScience est spécialisée dans l’agrochimie et la biotechnologie liée au secteur agricole. Elle a intégré l’entreprise fortement décriée Monsanto suite au rachat de celle-ci par la firme Bayer. La startup BlockApps, est elle-même une filiale de ConsenSys, une entreprise connue pour son engagement dans la crypto-sphère. BlockApps travaillerait sur le développement de solutions blockchain pour Bayer CropScience depuis 2018. Pour l’instant, aucun détail n’a filtré mais l’on devrait en savoir plus lors de la conférence Blockchain for Food and Beverage Supply Chain qui se déroulera à San Francisco à la fin de la semaine.
  • Le e-commerce suisse Digitec Galaxus permet dorénavant de payer en cryptos.  La plus importante boutique en ligne de Suisse, qui est également le 341ème plus gros e-commerce au monde, accepte depuis la semaine dernière 10 devises numériques : Bitcoin (BTC), Bitcoin Cash (BCH), Bitcoin SV (BSV), Ethereum (ETH), Ripple (XRP), Binance Coin (BNB), Litecoin (LTC), Tron (TRX), NEO (NEO) et OmiseGO (OMG). L’intégration de tokens en guise de mode de paiement a été rendu possible grâce à un partenariat avec deux sociétés : Datatrans et Coinify. Pour garantir la stabilité des prix à ses clients lors du règlement, Digitec Galaxus bloque durant 15 minutes le taux de change des cours. Les frais de transaction sont quant à eux de 1,5%.
  • Une autre firme d’envergure a décidé de se mettre aux cryptos : Avnet. Membre du Fortune 500, Avnet est un leader dans le domaine de la distribution de composants électroniques, avec un chiffre d’affaire de plus de 19 milliards de dollars en 2019. Selon un communiqué de presse dévoilé le 19 mars, la firme travaille avec BitPay afin de proposer un paiement en Bitcoin et Bitcoin Cash à ses clients. La société BitPay, surnommée le PayPal du Bitcoin, offre des services de paiement depuis 2011 et accompagne des milliers d’entreprises à travers le monde. Sonny Singh de BitPay prédit qu’Avnet attirera de nouveaux clients grâce à cette possibilité de régler en Bitcoin ou Bitcoin Cash.
  • Le Ledger Nano S, le produit phare du fabricant français Ledger, est réputé pour sa sécurité à juste titre. Il vient de se voir remettre un certificat de Premier Niveau (CSPN) par l’ANSSI, l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information. Comme Ledger le souligne, le Ledger Nano S est “le premier et le seul hardware wallet certifié sur le marché“. Une certification qui devrait renforcer la notoriété de l’entreprise française qui a déjà vendu plus 1,4 millions de Ledger Nano S. Éric Larchevêque, le CEO de Ledger, a fait part de sa volonté d’étendre la certification à d’autres produits. La firme prépare le lancement imminent d’un nouveau hardware wallet, le Ledger Nano X. La livraison de celui-ci, qui devait intervenir dès la semaine dernière, sont repoussées avec un “retard d’au moins un mois, voire davantage“ du fait de problèmes de production.
  • Le Lightning Network se perfectionne grâce à Lightning Labs, une startup spécialisée dans ce réseau secondaire pour la blockchain du Bitcoin. Leur solution, baptisée Lightning Loop permet d’utiliser les canaux de paiements du Lightning Network sans avoir à les ouvrir et les fermer systématiquement, ce qui est chronophage. En maintenant les canaux ouverts sur le LN, Lightning Loop Out augmente la capacité de réception des utilisateurs du réseau. Il est possible de tester Lightning Loop Out dès à présent, de plus, Lightning Labs prépare une autre version sa solution : Lightning Loop In, pour recharger plus facilement les fonds sur le Lightning Network. Pour la startup, “Nous croyons que Lightning Loop contribuera à l’efficacité, à la scalabilité et à l’adoption de Lightning“.
  • On vous en avait parlé la semaine dernière, le hard fork de Monero l’a rendu résistant aux ASICs. Et Monero n’est pas la seule crypto à vouloir devenir lutter contre les ASICs puisque les développeurs d’Ethereum viennent de remettre cette question sur le tapis. L’algorithme ProgPoW d’Ethereum permettrait de laisser leur chance aux mineurs équipés de matériel beaucoup moins onéreux, avec des processeurs graphiques (GPU) au lieu d’ASICs. Deux audits de sécurité de l’algorithme ProgPoW doivent être menés avant de pouvoir l’implanter au réseau Ethereum. Pour l’instant, aucune date n’a été fixée pour la réalisation de ces audits, qui seront effectués par des entreprises extérieures.
  • Premier vote pour Tezos, une crypto-monnaie qui repose sur un système de gouvernance avec des bakers, qui valident les transactions et votent les améliorations de la blockchain. Le mainnet de Tezos, sorti en septembre 2018, vient de connaître la première décision de la communauté, qui devait se prononcer sur deux améliorations : Athens A et Athens B. C’est Athens A qui a remporté les suffrages des bakers, qui permet d’augmenter les limites de gaz. Par la suite un fork test de la blockchain de Tezos sera mis en place pour vérifier que l’amélioration répond aux attentes de la communauté. Après avoir réuni l’approbation de cette dernière (à hauteur de 80% des bakers), elle pourra être implémentée à la blockchain de Tezos. Le processus global a une durée de 3 mois, ce qui porte le délai d’activation supposé d’Athens A à mai.
  • Encore un nouveau token pour Coinbase ! Le Stellar Lumens (XLM) rejoint 10 autres crypto-monnaies disponibles sur la plateforme grand public de Coinbase. Voici la liste des tokens désormais intégrés à Coinbase : BTC, BCH, ETH, ETC, LTC, ZRX, BAT, USDC, ZEC, XRP, XLM. Le XLM avait déjà été rajouté la semaine dernière sur la plateforme destinée aux traders aguerris, Coinbase Pro. Stellar Lumens se positionne à la 8ème place dans le classement du Market Cap. Le Stellar Lumens est souvent comparé au XRP, son but étant de réaliser des micro-paiements et des transferts internationaux de façon rapide et sécurisé, avec des frais peu élevés.
  • Le Binance Launchpad, la plateforme de Binance dédiée au lancement de nouveaux tokens, vient encore de remporter un vif succès. Cette fois-ci, c’est la vente des tokens de Celer Network qui s’est déroulée en un temps record : 17 minutes et 35 secondes pour écouler l’équivalent de 4 millions de dollars en CELR. L’objectif du Celer Network est de constituer une plateforme sous la forme d’une surcouche pour les blockchains, qui soit scalable et permettant des paiements rapides et peu coûteux, en ligne mais également hors ligne. Le Celer Network offre la possibilité de réaliser des smart contacts en dehors des blockchains et cela sans frais de transaction.
  • La plateforme de trading Bithumb va réduire considérablement ses effectifs, passant de 310 employés au début du mois à seulement 150 dans un futur proche. L’entreprise incite son personnel à partir volontairement et propose un programme d’aide pour retrouver un emploi. La diminution drastique des effectifs de la plateforme sud-coréenne s’explique par les retombées du crypto-winter sur sa santé financière. Bithumb, qui avait subi une attaque d’envergure en juin 2016 n’est pas la seule entreprise dans le domaine des crypto-monnaies à être durement touchée par le bear market. L’exemple le plus flagrant est sans doute celui de la firme chinoise Bitmain, qui s’est d’ores et déjà séparée d’une bonne partie de ses effectifs.
  • Pour la plateforme Cryptopia qui avait perdu 16 millions de dollars dans un piratage en janvier, l’heure est à la ré-ouverture. L’exchange a repris son activité le 18 mars avec 40 paires disponibles, une liste qui s’agrandira par la suite. L’équipe de Cryptopia a annoncé travailler sur une solution pour les clients qui ont perdu des fonds durant le hack. Elle a également enjoint les utilisateurs de la plateforme à ne pas déposer de fonds sur d’anciennes adresses, sans oublier de bien changer leur mot de passe ainsi que leur méthode d’identification.
  • Du côté des levées de fonds, la startup Numerai vient de récolter 11 millions de dollars via la vente privée de ses tokens NMR. Les firmes d’investissement Placeholder et Paradigm ont répondu présentes pour l’ICO de Numerai, qui a pour objectif le développement d’Erasure, une plateforme de prédiction décentralisée axée sur les marchés financiers. Grâce à l’intelligence artificielle et une collaboration avec des data scientists du monde entier, Numerai permet à ces derniers d’effectuer des modèles prédictifs grâce au machine learning, qu’ils monétisent par la suite. La nouvelle plateforme, Erasure, ne sera pas limitée aux prédictions des actifs traditionnels, mais à n’importe quel type d’actif.   
  • Lors d’une interview avec Laura Shin, Vitalik Buterin s’est exprimé sur le prix de l’Ethereum et des crypto-monnaies en général : “quand les prix sont élevés plutôt que bas, c’est positif. Une des raisons est la sécurité. Si le prix tombe à zéro, le réseau ne plus être sécurisé.“ L’autre atout des prix élevés soulevé par Buterin est l’intérêt des participants, qui sont ainsi plus enclins à investir quand les valeurs sont fortes. À l’heure actuelle, le prix de l’Ethereum est peu élevé, dans les 130$ alors que le 13 janvier 2018, il s’échangeait au prix de 1 432$88 pour un ETH.
  • Une autre déclaration récente concernant les prix des cryptos est celle de Thomas Lee. Pour le co-fondateur de Fundstrat Global, le marché pourrait de nouveau exploser d’ici quelques mois. Lors d’une interview sur la CNBC, Thomas Lee a affirmé que le mois d’août représentera un tournant pour le marché des cryptos. Lee est connu comme un optimiste invétéré, qui avait prédit en novembre 2018 que le BTC atteindrait 15 000 dollars fin 2018. Un mois plus tard, en décembre 2018, il affirmait que le BTC arriverait même un jour à 150 000 dollars.
  • Une autre prédiction optimiste vient cette fois-ci d’Arthur Hayes, le CEO et co-fondateur de la plateforme de trading BitMEX. Dans une newsletter envoyée par BitMEX, Arthur Hayes a exprimé son point de vue sur l’évolution des crypto-monnaies et l’économie globale dans un langage parfois fleuri. Pour lui, “la coupe de 2019 sera intense, mais les marchés reviendront à 10 000 dollars […] Cependant, il a fallu 11 mois pour passer de 1 000 à 10 000 dollars, mais moins d’un mois pour revenir de 10 000 à 20 000 dollars.“ À son sens, “2019 sera ennuyant“ mais demande à ses lecteurs de “s’exciter“ en préparation du boom qui se prépare, selon lui, pour le dernier trimestre de l’année.
  • L’Australie vient de dévoiler son plan concernant le développement de la blockchain sur son territoire. L’objectif ? “Devenir un leader mondial“, le tout en débloquant des fonds à plusieurs niveaux, notamment pour l’évènement Mission to Consensus de l’Austrade, la Commission australienne du commerce et des investissements. Ce salon se déroulera à New-York du 13 au 16 mai prochain et devrait réunir des milliers de participants. Comme évoqué dans notre article sur la régulation des crypto-monnaies à travers le monde, l’Australie est un pays qui se veut accueillant pour les startups blockchain, comme Cointree qui permet de régler des factures en crypto-monnaies. Cette récente annonce de l’Australie ne fait que renforcer cette volonté d’ouverture à la blockchain..
  • Si vous êtes un passionné de cryptos, vous connaissez forcément CoinMarketCap, un site qui réunit de nombreuses données sur les devises numériques comme leur cours, leur capitalisation, le volume échangé sur les dernières 24h etc. CoinMarketCap propose désormais un nouvel outil d’analyse puisque le site a intégré un système de notation élaboré par la startup Flipside Crypto, le FCAS (Fundamental Crypto Asset Score). Le FCAS attribue à chaque crypto une lettre, de A à F, qui reflète son score sur 1000. Pour obtenir cette notation, Flipside Crypto se base sur trois points : l’activité des utilisateurs et le comportement des développeurs, qui sont tout particulièrement importants, ainsi que la maturité du marché, dont l’incidence est moindre. À l’heure où sont rédigées ces lignes, le trio de tête affiche les scores suivants : 887 pour le Bitcoin, 910 pour l’Ethereum et 752 pour le XRP.
  • Pour la société Bitwise, 95% de volume de trading de Bitcoin est faux. La firme, qui tire ses données de CoinMarketCap, affirme qu’au lieu de 6 millards de dollars échangés en BTC par jour, il n’y en aurait en réalité que 273 millions. Bitwise a présenté un rapport étoffé à la SEC sur ce sujet, contenant 227 pages. Pour la société américaine, le fait que le volume de BTC échangé soit bien plus bas que l’on ne le pense a un effet direct sur les ETFs Bitcoin puisque cela montre le marché règlementé via des contrats à terme (futures) a un volume important, ce qui prouve qu’en se concentrant sur ces échanges régulés, le marché du Bitcoin a une stabilité. Cette stabilité est un point décisif au regard de la SEC pour autoriser les ETFs Bitcoin. Les contrats à terme sur le Bitcoin du Chicago Board Options Exchange (CBOE) et du Chicago Mercantile Exchange (CME) représentent par exemple 85 millions de dollars échangés par jour.
  • Enfin, voici une nouvelle qui intéressera tout particulièrement les utilisateurs de MetaMask. Cette extension navigateur permet d’accéder aux DApps qui fonctionnent sur la blockchain d’Ethereum mais aussi de protéger vos différents wallets. Le problème ? Un membre de la communauté de MetaMask a démontré qu’en l’absence d’activation du mode privé (privacy mode), les adresses Ethereum des utilisateurs sont révélées aux sites visités. Il a même expliqué que "des sites comme Amazon, Google, PayPal et d’autres peuvent faire le lien entre vos transactions blockchains et vos paiements en carte bancaire et de ce fait, votre identité, et l’identité de la dernière personne avec qui vous avez conclu une transaction“. Si vous utilisez MetaMask, pensez donc bien à activer le mode privé !
  • Et, enfin, notre petite liste hebdomadaire d’Airdrops. On vous rappelle au passage de ne jamais donner vos pass ou clés privées lors de ces événements, sécurité oblige…
    • SRCOIN by VitBlock, Hubi Round 4, Atomic Wallet Round 2, Chelle Coin Round 2, Xeonbit, X Cash Round 2, Eistein Exchange, Even Network, Sportcash, Konstellation, Gemstra, Nodis Round 2, Pukkamex, eden.best, AVXChange, Tixi, Dos Network, PannerScape, AMANPURI, Taklimakan Network, Basic Attention Token.

Disclaimer : ce type d'investissements étant hautement spéculatifs, les divers contenus publiés ici ne constituent en rien une incitation à investir, ni une garantie de succès. Prudence donc. Et si vous décidez de vous lancer, ne le faites qu’avec des montants que vous pouvez vous permettre de perdre.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et ne ratez aucune de nos actualités !



laisser un commentaire

Vous devez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir publier des commentaires.