news

La semaine passée, en bref (18-24 Novembre)

Par Carole le 25/11/2019 (News)
0


EXMO affiliate program

Actu des plateformes de trading

  • Non contente d’être la plateforme mondiale leader en matière de trading de cryptomonnaies, Binance compte s’ancrer en Inde, pays qui compte près de 1,3 milliards d’habitants. Pour cela, Binance a fait l’acquisition de WazirX, une des principales plateformes de trading indienne. WazirX sera intégré à Binance Fiat Gateway au premier trimestre 2020, facilitant le trading de cryptos à partir de roupies indiennes.   
  • 4,5 milliards de dollars en cryptomonnaies ont été prêtés via la plateforme Celsius Network depuis la création de celle-ci, soit depuis juillet 2018. En août dernier, les prêts atteignaient 2,2 milliards de dollars, ce qui signifie une augmentation de 93% en l’espace de quelques mois seulement. Celsius Network affirme redistribuer 80% des intérêts perçus et avoir versé 5 millions de dollars à ses utilisateurs ayant prêté leurs cryptomonnaies.
  • ShapeShift continue de se réinventer et vient de dévoiler son propre token ERC-20, le FOX. Le fondateur et CEO de la plateforme d’échange, Erik Voorhees, a présenté le crypto-actif dans un thread sur Twitter, expliquant qu’il suffit de conserver des tokens FOX pour faire du trading sans frais de commission. ShapeShift offre 100 FOX pour toute nouvelle inscription sur sa plateforme. Leur conservation donne la possibilité d’échanger gratuitement l’équivalent de 1 000$ sur une période de 30 jours, et cela indéfiniment.  

Actu des crypto-monnaies 

  • Si Bitcoin Cash a réalisé son hard fork avec succès le 15 novembre dernier, des mineurs, qui n’avaient pas fait la mise à jour, ont miné 14 blocs sur la mauvaise blockchain. Autre nouvelle concernant Bitcoin Cash, Roger Ver a annoncé la création en 2020 d’un fonds de 200 millions de dollars via Bitcoin.com. Le but de cette initiative est de « favoriser la croissance de l’écosystème du BCH »

Actu des innovations 

  • Près de 200 développeurs travaillent d’arrache-pied pour améliorer la scalabilité et la sécurité du Bitcoin. Pour cela, ils passent au crible des "Bitcoin Improvement Proposals" (BIPs) tournant autour de deux projets, Taptroot et les signatures de Schnorr. Anthony Towns de Xapo est à l’origine de cette initiative. Selon lui, l’évolution du Bitcoin est longue et se fait par étapes, en commençant par l’identification des besoins, qui sont ensuite transcris en code, pour finir par leur adoption effective. SegWit est l’exemple d’un BIP ayant fait ses preuves.
  • Si la Chine présente un engouement sans précédent pour la technologie blockchain, bien des sociétés profiteraient de cette tendance pour générer des profits. Selon un reportage de Focus Report, diffusé sur la chaine de télévision chinoise CCTV, le nombre d’entreprises qui disent utiliser la technologie blockchain en Chine est de 32 000. En réalité, 10% d’entre elles, voire moins, y auraient réellement recours ! D’après le Centre national d’urgence Internet chinois (CNCERT), seuls 566 projets blockchain existeraient effectivement en Chine.

Actu des partenariats

  • Le géant français du jeu vidéo, Ubisoft, va devenir un producteur de blocs pour la blockchain UOS, une sidechain d’EOS. En effet, Ubisoft  s’est associé à Ultra, une startup blockchain qui a développé une plateforme de distribution de jeux qualifiés de nouvelle génération. En soutenant le projet d’Ultra, Ubisoft espère « apporter de la valeur aux joueurs » selon les mots de Nicolas Pouard, à la tête de l’Initiative Blockchain d’Ubisoft.
  • Hahn Air, une compagnie aérienne allemande, vient de dévoiler « le premier billet d’avion sur la blockchain ». C’est grâce à un partenariat avec Winding Tree, une société blockchain, qu’Hahn Air a pu développer son système de réservation de billets reposant sur la technologie blockchain. La solution permet de gérer entièrement le processus de réservation via la blockchain, avec un paiement possible en monnaie fiat ou en crypto (LIF ou ETH). 
  • Entre Lolli et Alibaba, l’heure est à la discorde. Lolli, une application de shopping qui reverse du BTC à ses utilisateurs, avait annoncé il y a peu son partenariat avec le géant du e-commerce chinois. Lolli affirmait alors avoir mis en place un cashback 5% en BTC pour chaque achat effectué sur Alibaba pour le Jour des Célibataires, un évènement qui génère d’importantes ventes en Chine. Le groupe Alibaba, connu pour être frileux sur la question des cryptomonnaies, a réfuté tout partenariat avec Lolli. Alex Adelman, le CEO de Lolli, continue toutefois d’affirmer le contraire.  
  • Deux entreprises spécialisées dans le minage de Bitcoin, Northern Bitcoin et Whinstone, se sont alliées pour construire ce qui devrait être la plus grande ferme de minage au monde. Celle-ci sera construite en 2020 au Texas, avec pour objectif une capacité d’un gigawatt. Sa taille équivaudra à 57 terrains de football, ce qui en fera le plus grand data center des États-Unis. Dès la fin du premier quart de l’année 2020, les deux entreprises prévoient d’avoir une infrastructure avec une capacité de 300 megawatts.

Actu des levées de fonds

  • Opera est le second navigateur le plus utilisé en Afrique, un fait qui a probablement poussé la firme a activement soutenir l’ Africatech. Opera a ainsi fondé OPay au Nigéria en 2018. La startup évolue dans la fintech et ambitionne de favoriser l’inclusion financière au moyen de ses services financiers. Pour accélérer son développement en Afrique, OPay vient de récolter 120 millions de dollars
  • Sam Cassatt, qui occupait la position de CSO chez ConsenSys, a annoncé son départ de la firme pour se consacrer à son projet de fonds de capital risque, Aligned Capital. Cette entreprise d’investissement est, selon Cassatt, « conçue pour anticiper les changements évolutifs à l’échelle de la civilisation du comportement humain, et investir dans ses technologies centrales. » Sam Cassatt espère récolter 50 millions de dollars pour Aligned Capital.
  • Bison Trails, membre de la Libra Association, vient de réunir 25,5 millions de dollars auprès d’investisseurs prestigieux comme Kleiner Perkins, Coinbase, ConsenSys et Galaxy Digital. L’objectif de la startup est de sécuriser et d’optimiser l’écosystème de la blockchain grâce à une plateforme qui offre des solutions pour des protocoles variés comme celui de Cosmos, de Tezos ou encore d’Algorand. Il y a un an, Bison Trails avait déjà réussi à lever 5,3 millions de dollars pour assurer son lancement. 
  • Le tour de table de TRM Labs, mené par PayPal, a permis de réunir 4,2 millions de dollars. La jeune entreprise, fondée en 2018, a développé une plateforme de gestion des risques pour les crypto-actifs. Esteban Castaño, le co-fondateur et CEO de TRM Labs, a déclaré « En élaborant des solutions pour prévenir la fraude en matière de crypto-monnaie, nous concrétisons cette vision et bâtissons un système financier plus sûr. ». La startup TRM Labs a été incubée par Y Combinator. Les fonds récoltés serviront à accroître son équipe d’ingénieurs et à accélérer le développement de ses solutions pour réduire les risques liés à l’utilisation de cryptomonnaie. 
  • Radpay a récolté 1,2 millions de dollars, une levée de fonds qui lui permettra d’accélérer son développement. La startup fintech, fondée en 2018, souhaite apporter des moyens de paiement innovants et économiques aux commerçants et à leurs clients. Radpay a annoncé avoir imaginé une soixantaine de solutions impliquant notamment la technologie blockchain. La jeune pousse débutera ses tests au mois de janvier 2020.

Actu des régulations 

  • La Réserve Fédérale américaine (FED) étudie le développement d’une devise numérique de banque centrale (CBDC). Cette information capitale, on la doit à Jerome Powell, président de la FED, qui a écrit une lettre à deux membres du Congrès. Ces derniers réclamaient des éclaircissements sur la vision de la FED concernant un éventuel crypto-dollar. La réponse de Powell est limpide : oui, la FED se penche sur le sujet, mais avant qu’elle ne puisse effectivement concrétiser un dollar numérique, elle devrait effectuer des recherches et résoudre plusieurs problématiques, notamment d’un point de vue légal. 
  • 100 millions d’euros vont être consacrés au développement de la technologie blockchain et de l’intelligence artificielle (IA) en Europe. Cette initiative a été mise en place par le Fonds européen d’investissement (FEI), conjointement avec la Commission européenne. Le FEI semble estimer au plus haut point ces technologies, affirmant qu’elles peuvent « changer des vies si elles peuvent être commercialisées et utilisées ». Ambitieux, le FEI estime également que 300 millions d’euros pourraient être récoltés auprès d’investisseurs privés. 
  • Le décret d'application des dispositions de la loi PACTE dédiées aux prestataires de service sur actifs numériques (PSAN) a été adopté le 21 novembre dernier. Ce décret, qui découle de la loi PACTE, formalise les règles à adopter pour les entreprises proposant des services en lien avec les cryptomonnaies. Les plateformes d’échange de devises numériques et les gestionnaires de crypto-actifs ont par exemple désormais l’obligation d’obtenir un agrément auprès de l'Autorité des marchés financiers (AMF).

Actu des piratages et poursuites judiciaires

  • Le hacker Phineas Fisher refait parler de lui. Cette fois-ci, l’hacktiviste n’est pas à l’origine d’un piratage mais incite à attaquer des entreprises afin de lutter contre le capitalisme, jugeant que « le piratage informatique est un outil puissant pour lutter contre l’inégalité économique. » Dans son manifeste intitulé Hacktivist Bug Hunting Program, Phineas Fisher promet de rémunérer les hackers jusqu’à 100 000 dollars en Bitcoin ou en Monero. Un bug bounty que l’on peut difficilement qualifier d’éthique.  
  • Le 18 novembre dernier, le site officiel de Monero a été victime d’un piratage. Celui-ci a conduit à la mise en place durant 35 minutes de versions hackées du logiciel téléchargeable CLI wallet de Monero. L’installation de ces versions infectées par un malware conduit au vol de XMR. Monero a recommandé à toutes les personnes ayant téléchargé le logiciel le 18 novembre des bien vérifier que les hashs correspondent aux hashs officiels avant toute utilisation. 
  • Roger Nils-Jonas Karlsson, un Suédois de 45 ans, a été extradé de Thaïlande vers les États-Unis où il devrait être prochainement jugé pour une arnaque lui ayant rapporté 11 millions de dollars, notamment en Bitcoin. En tout, 3 575 personnes ont investi dans des parts de sa société Eastern Metal Securities pour 98 dollars par action, Karlsson promettant aux investisseurs un retour de 1,15 kg d’or par action achetée. Une promesse que l’homme n’a jamais tenue, 1,15 kg d’or valant près de 60 000 dollars à l’heure actuelle.  

Actu des déclarations

  • « La réglementation et la conformité sont, pour nous, fondamentales. Nous entretenons des relations extrêmement solides avec toutes les autorités de régulation. » Dan Schulman, le CEO de PayPal, s’est exprimé dans une  interview accordée à Fortune sur les raisons de la sortie du projet Libra de Facebook par PayPal. Il a poursuivi par la vision qu’a PayPal sur la blockchain et des cryptomonnaies, qualifiées respectivement « d’intéressante » et de « très volatiles », pour finir avec une affirmation qui devrait en intéresser plus d’un : la seule crypto qu’il possède à titre personnel est Bitcoin
  • « Je suis très heureux et fier de certaines des choses pour lesquelles le C++ est utilisé et d’autres que j’aimerais que les gens ne fassent pas. Le mining du Bitcoin étant mon exemple préféré : il utilise autant d’énergie que la Suisse et sert surtout les criminels. » Bjarne Stroustrup, le créateur du  langage de programmation C++, est amer quant à l’utilisation du C++ pour coder le Bitcoin. Ses arguments concernant le coût énergétique du minage du Bitcoin et son utilisation à des fins criminelles sont toutefois à remettre en perspective.

Les chiffres à retenir

  • 222 milliards de dollars pour 2 022 altcoins en novembre 2019, contre 244 milliards de dollars pour 985 altcoins en novembre 2017. Si le nombre de cryptos qui s’érigent en alternative au Bitcoin a plus que doublé en deux ans, leur capitalisation a diminué. La reine des cryptos, elle, a enregistré une augmentation de 15% de sa capitalisation, passant de 134 à 154 milliards de dollars en 24 mois. 
  • 20% du personnel de Chainalysis a été licencié, soit 39 personnes. La décision de la société de surveillance de transactions en cryptomonnaies a surpris, même si la firme est loin d’être la seule à avoir subi les affres du bear market, qui a obligé de nombreuses sociétés à se séparer d’une partie de leurs effectifs. Maddie Kennedy, directrice du pole communication de Chainalysis, a expliqué que ce choix est lié aux conditions du marché, ajoutant « Les licenciements sont une mesure préventive pour faire face à l’inattendu, notamment à la possibilité d’une récession économique ».  
  • Et, enfin, notre petite liste hebdomadaire d’Airdrops. On vous rappelle au passage de ne jamais donner vos pass ou clés privées lors de ces événements, sécurité oblige…
    • NetSpot, Monnos, Asia Trading Battle, Limestone Network, ecxx, Pockero, PayRue, OceanEx, Revain, Verasity.

Disclaimer : ce type d'investissements étant hautement spéculatifs, les divers contenus publiés ici ne constituent en rien une incitation à investir, ni une garantie de succès. Prudence donc. Et si vous décidez de vous lancer, ne le faites qu’avec des montants que vous pouvez vous permettre de perdre.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et ne ratez aucune de nos actualités !



laisser un commentaire

Vous devez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir publier des commentaires.