news

Le Japon, terre promise pour les plateformes de crypto-monnaies

Par Carole le 03/01/2019 (Législation)
0


EXMO affiliate program

Le Japon reste un marché à prendre : le pays ne possède que 16 plateformes d’échanges, toutes inscrites auprès de la Japanese Financial Services Agency (FSA). C’est en toute logique que de nombreuses entreprises se montrent intéressées par une position dans le pays du Soleil-Levant.

190 entreprises sont en attente d’une licence pour opérer au Japon

La FSA, cette agence gouvernementale du Japon, vient de révéler que 190 entreprises avaient déposé une demande pour opérer sur le territoire japonais. Un nombre impressionnant et en hausse, puisqu’en octobre 160 sociétés attendaient déjà la validation de leur licence en tant que plateforme d’échange. C’est ce sésame tant convoité qui permet en effet de pouvoir proposer le trading de crypto-monnaies au Japon.

Si le régulateur japonais gère l’attribution des licences aux aspirants exchanges, il délègue le rôle de surveillance de la sphère des crypto-monnaies à la Japanese Virtual Currency Exchange Association (JVCEA). Au Japon, le secteur des cryptos est libre de s’auto-réguler, selon un statut octroyé par la FSA en octobre 2018. Toutefois, la JVCEA intervient pour contrôler qu’aucune loi n’est enfreinte par les plateformes d’échanges.

Le statut des crypto-monnaies au Japon : entre auto-régulation et surveillance

Si le Japon a décidé de laisser les crypto-monnaies s’auto-réguler, un dispositif de vigilance accru est en place depuis le scandale du hack de la plateforme de trading Coincheck, il y a un an. Le Japon met désormais la barre beaucoup plus haut en terme de standards, qui couvrent des points comme la gestion des fonds, la fluctuation des prix et la protection des utilisateurs en cas de vol. Du côté de la politique de lutte anti-blanchiment d’argent, elle se durcit sous l’égide de la Japanese Virtual Currency Exchange Association.

Pour recevoir l’approbation de la Japanese Financial Services Agency, les plateformes de trading de crypto-monnaies doivent montrer patte blanche. Si l’on ignore qui sont les 190 entreprises en attente d’une licence pour opérer au Japon, on peut toutefois imaginer que seule une partie d’entre elles l’obtiendront.

Si de nombreuses plateformes d’échange espèrent obtenir leur licence, il semblerait que la FSA l’ait accordée à Coincheck. L’exchange avait été acheté par Monex Group en avril 2018 et sa sécurité avait été grandement améliorée.

Disclaimer : ce type d'investissements étant hautement spéculatifs, les divers contenus publiés ici ne constituent en rien une incitation à investir, ni une garantie de succès. Prudence donc. Et si vous décidez de vous lancer, ne le faites qu’avec des montants que vous pouvez vous permettre de perdre.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et ne ratez aucune de nos actualités !



laisser un commentaire

Vous devez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir publier des commentaires.