news

Opinion : pourquoi les français ont-ils peur des crypto-monnaies ?

Par Floriane le 26/07/2018 (Opinion)
0


Disclaimer : article à prendre avec autodérision, un peu d’humilité ne pouvant pas faire de mal non plus. L’avis mentionné ici n’engage que leur auteur et ne reflète pas forcément ceux des autres membres de la team Cryptos.

En France, lorsqu’il est question de crypto-monnaies, le débat s’envenime rapidement. Au sein du grand public, on peut distinguer principalement deux grands groupes : les fanatiques ultra-convaincus par l’avenir révolutionnaire qu’elles promettent, et les crypto-sceptiques, paniqués face à la dangerosité d’un système livré entièrement à lui-même. Osons le dire, les deuxièmes sont nettement plus nombreux.

Aux Etats-Unis pourtant, on mesure facilement l’enthousiasme du public. Et globalement, dans le reste de l’Europe, le scepticisme est beaucoup moins palpable, avec des réactions plus mitigées du type « les cryptos c’est bien, mais... ».

Mais alors, d’où vient cette puissante réticence de la France à l’égard des crypto-monnaies ? Notre histoire, notre système économique, nos médias, ou tout simplement notre éternelle culture contestataire ? Très certainement, un peu de tout ça.

France et Liberté : Je t’aime, moi non plus

Liberté, Egalité, Fraternité sont les valeurs de la République Française. On a même choisi de placer la liberté en premier. Et pourtant, il y a peu de pays au monde qui se soient battus avec autant de force pour la liberté… pour s’en débarrasser aussi rapidement après l’avoir touchée du bout du doigt.

Sans refaire toute l’histoire de France, il est intéressant d’observer au moins les réactions du peuple français à partir de la période révolutionnaire. Après s’être débarrassés de Louis XVI, les français remettent leur destin entre les mains d’un nouveau tyran et voient en Robespierre la personne idéale pour tuer tous les traîtres à la Nation. Mais la centralisation administrative à outrance se prolonge bien après la République jacobine.

Après la période épisodique et chaotique du Directoire, les français finissent par réaliser qu’il vaut mieux une seule personne ayant de la poigne que cinq chefs de pacotille pour faire tenir en place le pays. Napoléon arrive alors, notre sauveur ! Enfin un tyran capable d’assurer la sécurité du peuple. Cinq millions de français morts pendant les guerres napoléoniennes mais le pays en garde encore le souvenir d’un ‘papa bienveillant’ qui aura pris soin de ses enfants en sachant les tenir correctement.

Après lui, à qui remet-on notre sort entre les mains ? De nouveaux rois. Jusqu’à 1848, où l’on se rebelle à nouveau, nostalgique d’un sentiment de liberté perdu. Mince, en 1851, un autre Napoléon pointe le bout de son nez et ne décollera pas du pouvoir avant une vingtaine d’années supplémentaires. Ça n’en finira donc jamais ?

Pas de panique… Les communards sont là pour exprimer leur désir de liberté et porter haut et clair les vraies valeurs de la République... et pour se faire massacrer par la République en question. Entre révoltes, massacres et tyrannies, la France a toujours eu du mal à trouver son équilibre.

Aujourd’hui, elle l’a trouvée dans le régime de la Vème République et voit en son Président ‘La’ principale personne responsable de son destin. Personne ne vote aux élections parlementaires mais on est tous impatients de regarder le débat présidentiel pour choisir notre futur ‘roi des temps modernes’. Tous les cinq ans, on est repartis pour chercher à savoir qui sauvera la France de la misère dans laquelle l’a laissé son précédent sauveur. Et on a envie d’y croire…

Restons en sécurité

Mais ce qui est le plus étonnant, c’est que la plupart des français sont parfaitement conscients de leur assujettissement, puisqu’ils s’en plaignent...

- « La police nous tape dessus ». Oui, mais on est si content de pouvoir les appeler quand notre peuple si civilisé saccage des voitures pour fêter sa victoire de la Coupe du Monde de football.

- « Les médias censurent et manipulent l’information ». Oui, mais c’est quand même confortable de regarder TF1 pour rester au courant sans trop avoir à chercher l’information nous-mêmes.

- « Facebook se sert de toutes nos données pour se faire de l’argent sur notre dos ». Oui, mais c’est sympa de regarder des gifs rigolos sur son fil d’actualité, entre deux pubs.

- « Je voudrais être mon propre patron ». Oui, mais c’est quand même rassurant de toucher son salaire à la fin du mois, même si cela signifie travailler toute sa vie pour enrichir la personne qui prend soin de nous.

Le français moyen réclame la liberté, mais n’est pas prêt à faire certains sacrifices pour cela. En particulier celui du confort que lui offre la sécurité. Car s’en remettre à quelqu’un d’autre pour gérer tout ce que l’on ne se sent pas capable de gérer soi-même est, il faut le reconnaître, toujours beaucoup plus confortable.

Et la crypto dans tout ça ?

Le refus d’être livré à soi-même pour gérer ses affaires personnelles est l’une des principales raisons qui génèrent tant de réticences des français à croire en les crypto-monnaies.

Oui, on crache sur les banques, on les déteste, elles se nourrissent de nous et nous escroquent. Mais de là en s’en passer, il ne faudrait pas non plus exagérer… Au moins, à la banque, notre argent est en sécurité. Ah oui, la fameuse ‘Sécurité’...

Derrière le modèle des crypto-monnaies, il y a quelque chose d’effrayant. L’idée même de se passer d’un tiers de confiance donne des boutons aux français :

- « Personne pour réguler le cours ? C’est donc beaucoup trop volatile ! »

- « On ne peut pas annuler un virement ? C’est une blague ? »

- « Mais alors s’il y a un problème, vers qui on se retourne ? »

- « Personne ne contrôle ça ? Mais c’est la porte ouverte aux crimes et au blanchiment d’argent ! »

- « Et si on perd son mot de passe ? »

Derrière tout ça, on remarque deux problèmes essentiels : d’une part, les français sont culturellement frileux, ont une aversion au risque presque démesurée, et, surtout, on ressent chez eux l’assistanat à plein nez pour chaque acte de la vie quotidienne.

Non, la France n’est vraiment pas le pays du self-made man. Le français rêve d’être libre, mais il semblerait que la débrouille ne soit pas son fort. Essayez donc de leur parler du risque de suppression du Revenu de Solidarité Active (RSA) ou de l’effondrement du système de retraite par répartition. L’idée de devoir chercher de nouvelles solutions innovantes pour assurer leur futur eux-mêmes n’en fera pas rêver beaucoup… Vous entendrez même rapidement leurs cris de panique et de révolte, car vous aurez osé toucher à leur zone de confort, à leur précieuse sécurité.

Alors, on continuera à se plaindre que le système ne nous plaît pas en l’état, et à rêver d’un monde meilleur. En attendant que les voisins testent pour nous ce qui nous paraît trop risqué, et de les imiter plus tard, si on estime que cela vaut le coup.

En attendant, on préfère payer avec une carte VISA dans une monnaie officielle, stable et sûre. On place son argent sur un livret d’épargne auprès d’une banque connue, même s’il ne rapporte quasi plus rien. On demande conseil à une agence immobilière pour investir dans la pierre, ou alors à un cabinet spécialisé en gestion de patrimoine pour nous aider à investir. On ne va quand même pas faire ces choix là sans une aide extérieure.

A défaut de ne pas avoir confiance en lui-même, il faut lui reconnaître, le français sait faire confiance aux autres. Tant qu’on lui laisse le droit de se plaindre quand ça ne va pas…

Disclaimer : ce type d'investissements étant hautement spéculatifs, les divers contenus publiés ici ne constituent en rien une incitation à investir, ni une garantie de succès. Prudence donc. Et si vous décidez de vous lancer, ne le faites qu’avec des montants que vous pouvez vous permettre de perdre.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux et ne ratez aucune de nos actualités !



laisser un commentaire

Vous devez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir publier des commentaires.